Rechercher

Black Comedy

Le Splendid


De quoi ça parle ?

C'est une soirée importante pour Gregory, artiste sculpteur: il va recevoir dans son petit appartement parisien, sobre et à la déco vétuste, le père de sa fiancée, ainsi qu'un grand collectionneur d'art qui pourrait être intéressé par l'une de ses œuvres. Pour impressionner ses invités, il a même "emprunté" quelques meubles et bibelots à son riche voisin en déplacement. Tout est prêt, et sous les meilleurs augures, jusqu'à ce qu'une panne de courant s'en mêle !


Et alors ?


Le principe de cette Black Comedy est redoutable de simplicité, mais tellement originale : une grande partie de l'action va en effet se dérouler... dans le noir ! La mise en scène propose au spectateur d'inverser la logique : le spectacle démarre dans l'obscurité totale, ce qui pour les personnages est signe d'une situation, et vision, normales. Mais quand la lumière apparait, pour les protagonistes, c'est la panne d'électricité !

L'occasion pour le spectateur de découvrir en deux temps l'intrigue, puis le décor...

On s'habitue rapidement à ce petit jeu de "jour/nuit", autant qu'on savoure la drôlerie de voir évoluer "en aveugle" toute cette joyeuse bande. Sur ce principe étonnant d'éclairage inversé, vont s'enchaîner les situations les plus cocasses et les visites imprévues.

Gregory (Arthur Jugnot) et sa charmante compagne Carole (Melanie Page) vont voir débarquer leurs invités, mais aussi le voisin à qui ils ont piqué le mobilier sans trop lui demander son avis, l'électricien sensé les aider, ou encore une ex de Gregory qui cherche à se rabibocher avec ce dernier.

Coup de cœur pour Virginie Lemoine, qui interprète le rôle de la voisine d'un certain âge, venue se rassurer et pourquoi pas, boire un petit jus de tomates, ou un gin. Sa prestation est remarquable, la gestuelle irrésistible.

L'ensemble de la pièce est ultra rythmée, sans temps mort, mix de propos burlesques et de gags visuels.

Une bonne idée que cette adaptation, qui donne à découvrir une autre facette de Peter Shaffer, l'auteur britannique que l'on connaît davantage pour Equus ou encore Amadeus, à l'univers plus sombre (sans mauvais jeu de mots !).

Au programme, donc : une soirée de détente, atypique et amusante. On recommande !