Rechercher

Afrique du Sud : Nord-Est




Parc Kruger et ses environs



La seconde partie du "road trip" nous a entraîné à la rencontre des animaux de la Savane, dans le fameux Parc Kruger, l'une des plus larges réserves animalières au monde.



Notre première portion de route vers le village de Sabie nous donne tout de suite le ton : ce secteur d'Afrique du Sud apparaît plus pauvre (état des routes, des maisons, beaucoup plus d'auto-stoppeurs, ...). Le paysage est aussi plus montagneux et escarpé. Nous optons pour une conduite encore plus prudente.


Sabie est une petite bourgade bordée de forêts, où nous passons une nuit, mais surtout un excellent dîner au restaurant Wild Fig Tree.





Sur les conseils de notre hôte, nous partons le lendemain avec un léger détour vers Lone Creek Falls (chute d'eau de 68 mètres de haut), avant de remonter plus au Nord à Phalaborwa, qui sera notre porte d'entrée à l'aube pour le Parc Kruger.



La réserve ouvre selon des horaires strictes, et c'est avec beaucoup d'excitation que nous nous présentons à l'entrée sur le coup de 6 heures.

Vitesse limitée dans le parc entre 40 et 50 kilomètres/heure selon les routes.

Nous nous engageons sur le parcours, le regard se perdant sur l'horizon dans la nature en cherchant à entrevoir un animal.


Pendant la première heure, c'est la désillusion. Nous avons aperçu, à peine, quelques antilopes. Un premier éléphant prend son petit déjeuner, un peu plus loin, nous redonnant espoir.

Nous nous arrêtons nous même pour un encas au premier campement, Olifants, pour profiter de sa vue exceptionnelle depuis la terrasse et d'un sandwich.



Dès notre retour sur la route, la virée prend un tout autre sens. Une girafe s'avance lentement vers un point d'eau. Elle y est rejoint par des buffles.

A quelques kilomètres de là, des troupeaux entiers d'éléphants, d'autres girafes, des kudus et des impalas, se partagent l'immensité de la forêt.

Ils réagissent peu à la présence de nos voitures au ralenti, ce qui permet de les observer longuement, avec ou sans les jumelles que nous avons pris soin d'amener.

Un autre point d'eau est le repère de phacochères, en compagnie d'une large famille de zèbres.




La journée touche à sa fin et nous atteignons notre campement, Lower Sabie, l'un des plus réputés à Kruger. Notre hutte est sommaire mais confortable (chambre avec un petit évier et un frigo, les sanitaires sont un bloc commun à une dizaine de huttes). Dans les parties communes, nous découvrons également une piscine, une boutique et un restaurant à la vue imprenable. Le cours d'eau et son coucher de soleil sont un spectacle magique, au son des hippopotames quittant leur bain pour la nuit.




A 3h15, le réveil pique un peu mais se justifie par un safari de nuit en compagnie d'un guide. Il fait si froid que deux pulls et une couverture n'y font rien.

Durant les 3 heures de parcours, la guide fait tout son possible pour nous faire approcher le plus d'espèces : hippos, crocodiles, vautours... Au détour d'un chemin, coup de chance ! Un léopard chasse, nonchalamment.


Alors que le soleil se lève et que la température remonte, nous croisons une maman rhinocéros et ses petits. La guide prend le temps de nous expliquer que c'est devenu rare d'en rencontrer : ils sont en effet la cible de braconniers pour leurs cornes...

Heureux de cette ballade guidée, suivie d'un café, nous reprenons la route : il ne nous manque que le lion, pour compléter notre rencontre avec le Big Five (cinq mammifères emblématiques, avec l'éléphant, le buffle, le léopard et le rhino).


La chance se poursuit, quand nous apercevons un groupe de plusieurs voitures garées au bord d'un cours d'eau, dans le plus grand silence. Sur la rive en face, une dizaine de lions évoluent sous l'ombre des arbres. Nous restons quelques minutes à contempler la famille royale de la savane, avant de nous diriger vers la sortie du Parc.



Petite pause nocturne au bord de la rivière de Malelane, puis je m'offre un moment en solo avec une matinée au Spa.


Ma manucure/pédicure finie, nous effectuons la dernière étape de notre parcours, le Swaziland.





Petite monarchie au Sud du pays, récemment rebaptisée Eswatini, la région est en cours de développement. Les routes et les villages, plus basiques que chez leurs voisins, laissent cependant une impression paisible et convivial. De très nombreux écoliers sortent de classe, et nous saluent de la main sur notre passage, quant aux quelques marchands avec qui nous discutons, ils sont très chaleureux et bavards avec nous.

Les Swatiniens sont notamment réputés pour leur artisanat : pierre taillé, bijouterie, bougie ornementée, sont proposés sur le bord de la route, ou dans des "centres commerciaux" faits d'une multitude de petites cabanes.


Nous passons notre dernière nuit dans un agréable hôtel/restaurant à quelques kilomètres de Mbabane, la capitale.



Il est déjà temps de quitter l'Afrique du Sud, avec des souvenirs en pagaille, sur nos cartes mémoires autant que dans nos têtes.



Mes recommandations :



  • Sur Sabie, le restaurant The Wild Fig Tree où vous pourrez déguster une cuisine savoureuse et locale, ainsi que des "viandes insolites" (kudu, autruche, phacochère. L'accueil soigné, la décoration chaleureuse, et la boutique-souvenirs, en font un arrêt incontournable.


  • Sur la route en direction de Phalaborwa, The Hat and creek est également une excellente adresse avec un bon rapport qualité/prix et des plats travaillés, dans une atmosphère agréable.


  • Enfin, pour votre séjour à Kruger, le camp Lower Sabie est un bon choix, avec un hébergement basique et abordable.


Comptez 720 Rands (environ 44 euros) pour une nuit en hutte, et 656 Rands (environ 40 euros) pour la sortie avec guide ("morning drive"). Les frais d'entrée à la réserve, quant à eux sont de 372 Rands (23 euros) par personne, et ne sont à régler qu'une seule fois si vous passez une nuit sur place.


  • Enfin, le détour au Swaziland a été une de mes étapes favorites !


Les frais de douane à l'entrée du pays sont de 50 Rands (3 euros) par voiture.


Les Swatiniens disposent de leur propre monnaie, le Lilangeni, mais le Rand est accepté absolument partout et sa valeur est équivalente, ce qui permet de ne pas se perdre dans les taux de conversion.




© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com